Skip to content

Striking Quebec Students Denounce Joanne St. Lewis’ Legal Fee Demands

April 18, 2012

_

The student association of Montréal’s CÉGEP du St. Laurent has sent a forceful letter to U of O Professor, Joanne St. Lewis from its position at the heart of Quebec’s student strike over rising tuition fees.

The students denounce the U of O administration’s use of student money to fund the Professor’s private lawsuit and her pursuit of a student to pay her lawyer’s fees for her opposition to public observation of the court process in her case:

——————————————————————————————————————————————————

Montréal, le 17 avril 2012

Joanne St. Lewis, Professeure adjointe
Section de Common Law, Faculté de Droit
Université d’Ottawa

Madame St. Lewis,

on m’a informée de la poursuite, en votre nom, dont fait l’objet M. Denis Rancourt. C’est  au courant de cette poursuite que M. Joseph Hickey a amené une motion à la cour en but d’avoir l’accès du public au contre-interrogatoire du M. Allan Rock, recteur de l’Université d’Ottawa (l’U d’O). Suite à l’échec de cette motion dans le cadre de laquelle l’intervention de M. Hickey a eu lieu, ce dernier s’est vu donc demandé de payer 3876,95$ pour vos frais légaux d’avocats. Parallèlement, l’U d’O a admis qu’elle finance intégralement votre poursuite, c’est-à-dire qu’elle paie tous vos frais d’avocats engendrés par le conflit qui nous concerne en ce moment. Ainsi, le contre-interrogatoire de M. Rock portera principalement sur la légitimité de dépenser l’argent d’une institution publique pour financer la poursuite d’un individu envers un autre.

C’est ici que je me sens interpelée d’intervenir sur la situation, cette dernière me semblant foncièrement injuste.

En cette dixième semaine de grève étudiante au Québec pour protester contre la hausse drastique de 75% des droits de scolarité en 5 ans, je peux vous assurer que le débat touchant la gestion de fonds publics dans les universités nous touche et nous inquiète assurément, nous les étudiants et étudiantes du Québec d’abord, mais aussi la société civile en entier. Rappelons que le droit à l’éducation et son importance pour une société saine ne sont plus à débattre, et qu’en utilisant l’argent des universités pour une affaire personnelle comme la vôtre, les administrations consacrent des ressources largement puisées à même les poches des étudiants et étudiantes pour une fin ne concernant aucunement ce que j’ose espérer être les objectifs premiers d’une institution académique : un enseignement de qualité et accessible à tous et toutes. D’ailleurs, cette lettre-ci est supportée par l’association étudiante de mon cégep, l’AECSL (Association Étudiante du Cégep de Saint-Laurent), qui a voté la co-signature en assemblée générale à majorité.

L’injustice se situe également, à l’évidence, dans le fait que M. Hickey se voit obligé de payer le tiers de son revenu annuel pour avoir eu le courage de demander plus de transparence dans des procédures le concernant, comme le contre-interrogatoire de M. Rock. En effet, M. Hickey étudie présentement à l’U  d’O et paie donc des frais d’inscription. C’est donc indirectement son argent qui sert à mener M. Rancourt en cour.

Par ailleurs, concernant le débat principal, j’aimerais rappeler que, selon la jurisprudence canadienne, les corporations financées par des fonds publics, comme les conseils d’administrations des écoles, ne peuvent poursuivre des individus pour diffamation, car l’asymétrie des ressources va à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés. Bien que l’U d’O n’ait seulement que le statut d’Intervenant  dans le cas qui nous concerne, il demeure tout de même que, financièrement, ce sont ses ressources qui s’opposent à celles de M. Rancourt.

C’est pour toutes ces raisons, Mme St. Lewis, que je vous prie de comprendre l’injustice dont est victime M. Joseph Hickey et de retirer les charges pour votre opposition à l’observation publique du contre-interrogatoire du recteur. Je vous demande aussi d’œuvrer dans le sens de l’intervention de M. Hickey, c’est-à-dire de rendre les contre-interrogatoires publiques.

Je vous adresse, Madame, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Patricia Ho-Yi Wang
Étudiante au Cégep de Saint-Laurent

co-signé par:
AECSL (Association Étudiante du Cégep de Saint-Laurent)
A voté l’appui à cette lettre à majorité en assemblée générale

Cc : Joseph Hickey, étudiant en physique à l’Université d’Ottawa

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: